HESAV

Harcèlement et abus : aussi dans les soins

Le succès des années précédentes a confirmé que parler ouvertement de sexualité dans les soins répond à un besoin pour les soignant.e.s. En effet, le monde des soins est, tout comme les autres, confronté à des comportements allant du harcèlement à l’abus. Se traduisant par des paroles et/ou des actes, ceux-ci expriment divers degrés de maltraitance. 

Plusieurs ateliers et interventions permettront de discuter sans tabou et sous plusieurs angles d’intimité et de sexualité, de pouvoir et de vulnérabilité, du rapport au corps et du toucher, etc. Il sera aussi question de cybersexualité dans la communauté homosexuelle et, enfin, de porter un regard sociologique sur la pornographie dans la société contemporaine. Car l’un des enjeux réside dans le fait que les contraintes imposées par la société actuelle oscillent entre ouverture à toutes les sexualités et stigmatisation des différences, voire des victimes.  Cet environnement complexifie les pratiques et relations, dont celles au sein des métiers de la santé.  

Le corps infirmier n’est, c’est évident, pas le seul confronté à ces questions. C’est pourquoi l’édition 2019 donnera pour la première fois la parole à des soignant.e.s issue.e.s d’autres filières : physiothérapeute, sage-femme, technicien.ne en radiologie médicale. Du côté des participant.e.s, La journée est ouverte à toute personne concernée par la relation de soin. 

Programme

08h45 - Présentation de la journée
Mot d’ouverture de Patrick van Gele, doyen de la filière Soins infirmiers, HESAV.

09h00 - Intrusion dans l’intimité : le passage à l’acte dans les soins du point de vue sexologique 
Laurence Dispaux , Psychologue, psychothérapeute et sexologue clinicienne, Morges

09h45 - Cybersexualité dans la communauté homosexuelle : nouvelles expressions de l’intime
Eric Périat, infirmier et conseiller en santé sexuelle, Check Point Vaud

10h30 - Pause

11h00 - 12h00 - Ateliers en parallèle : comment réagir à différentes situations de soins ?
• Vous avez dit intimité ? Intimité pour qui, pourquoi ?
Charlotte Gardiol, Infirmière et sage-femme, chargée de cours, HESAV et HELaSource

• Câlins, jusqu’où aller ? Dernières volontés en lien avec l’intimité du patient
Patricia Dupuis, Infirmière, maître d’enseignement, HESAV

• La sexualité chez les patients soignés dans un milieu aigu en psychiatrie, enjeux professionnels et éthiques.
Sophia Misiego, Infirmière Praticienne Formatrice, Psychiatrie Générale, CHUV

• Rapport au corps, effraction, toucher autorisé ?
Anahi Baez, Physiothérapeute, Hirslanden / Clinique Cécil

Garçons victimes d'agressions sexuelles : vulnérabilités et résistance. Comment repérer pour mieux accompagner ?
Eric Périat, infirmier et conseiller en santé sexuelle, Check Point Vaud

12h30 - Repas

13h45 - La pornographie dans la société contemporaine
David Le Breton, professeur de sociologie, Université de Strasbourg 

14h45 - Pause

15h15 - Intimité et sexualité en radiologie : implication dans la relation patient-TRM
Tamara Fontaine, TRM, Clinique de Genolier et adjointe scientifique, HESAV 

16h00 - Regards croisés sur l’intimité et la sexualité : entre compassion et harcèlement
Patricia Dupuis et Charlotte Gardiol

16h45 - Fin de la journée

Organisation et modération

Patricia Dupuis, maître d’enseignement
Charlotte Gardiol, chargée de cours

Intervenants et thématiques

1 - Intrusion dans l’intimité : le passage à l’acte dans les soins, du point de vue sexologique
Le harcèlement, l’abus, l’intrusion dans l’intimité de l’autre relèvent-ils uniquement de la sexualité? Dans le contexte des soins, lieu de fragilisation et de vulnérabilité de l’intimité des uns et des autres, l’on met facilement en exergue le rapport au corps et l’aspect biologique de la pulsion. Mais lors d’un passage à l’acte, quand s’agit-il de sexualité ? Quand devrions-nous parler de violence psychique ? Quand sommes-nous face à une question de gestion émotionnelle ? Sur la base des récits recueillis en consultation et ailleurs, nous tâcherons d’analyser les ressorts de ces thématiques sous un angle sexologique.

Intervenante : Laurence Dispaux est psychologue psychothérapeute FSP en orientation systémique, conseillère conjugale et sexologue clinicienne ASPSC. Elle a un DU en sexualité humaine de l'Université de Lyon, approche en sexo-corporel et sexo-analyse. Aujourd'hui elle a surtout une approche intégrative et relationnelle. Ses interventions: thérapie de couple et sexologie, enseignement dans divers contextes, supervisions individuelles et d'équipes (notamment dans le monde du handicap), rubrique sexo dans Femina, création et administration du Centre de sexologie et couple de la Côte (7 thérapeutes dans la région de Morges)

2 -  Cybersexualité dans la communauté HSH : nouvelles expressions de l’intime 
Si l’on veut saisir les changements de comportements en matière de sexualité chez les hommes qui pratiquent le sexe avec des hommes, il est indispensable de citer quelques éléments d’une histoire récente qui ont fortement influencé, voir conditionné l’expression de leur intimité. En effet, depuis l’apparition des premières infections au VIH dans les années 80 et conjointement, depuis l’apparition des nouvelles technologies qui permettent la mise en lien rapide et ciblée de partenaires en quête de relations sexuelles ou affectives, on constate combien ce nouveau « marché de l’amour » a transformé le paysage communautaire et les modalités d’expression de la sexualité.

Ces technologies représentent aujourd’hui les moyens de rencontres les plus courants pour les personnes HSH comme pour les personnes hétérosexuelles. Si elles permettent de s’épanouir sexuellement, elles ont aussi des limites et des conséquences en touchant parfois la sphère de la santé sexuelle et de la santé mentale. Sans intention de les rejeter en les considérant uniquement à partir des risques qu’elles peuvent engendrer, nous allons tenter de les regarder sous de multiples aspects en posant la question : est-ce qu’il est plus évident de vivre son orientation sexuelle ou son identité de genre depuis l’apparition des nouvelles technologies ?

A partir d’une analyse subjective, nous tenterons d’apporter des éclaircissements en ouvrant une réflexion commune pour mieux comprendre les enjeux individuels et communautaires en lien avec le déploiement mondial de ces technologies. 

Intervenant : Eric PERIAT est actuellement en formation à l’Institut GREFOR à Grenoble. Formé d’abord en soins psychiatriques, son parcours d’infirmier l’a conduit à travailler essentiellement dans le domaine social. Après avoir obtenu un CAS en santé sexuelle à l’Université de Lausanne, il s’est engagé comme infirmier, sa formation initiale, et conseiller en santé sexuelle au Checkpoint Vaud. Lors d’animations régulières d’ateliers destinés à des personnes séropositives, il s’est découvert une sensibilité pour la dynamique de groupe. Inspiré par les écrits d’Irvin Yalom et de Jean-Marie Delacroix, il s’est dirigé naturellement vers la formation de Gestalt-thérapeute à laquelle il aspire aujourd’hui. Ses influences sont multiples et issues de domaines aussi variés que la musique, le théâtre et les voyages. Sa grande curiosité l’amène à vérifier autant que possible que la vie est plus inventive que nous. 

3 - La pornographie dans la société contemporaine
Une multitude de personnes, adolescents et jeunes adultes en particulier, voient les films pornographiques comme une source d’information sur la sexualité. Certaines développent en toute bonne foi une représentation « pornographique » de la sexualité, aucune parole éducatrice ne nuançant la violence des images reçues. Ils y voient une norme de comportement. Mais cette cyber-sexualité, cette sexualité mise en scène, est faite de performances, elle ne connaît ni pannes ni hésitation, aucune parole, mais des gestes mécaniques et efficaces. Ce modèle pornographique écrase alors son inventivité personnelle et son désir propre, enferme dans un modèle viriliste, méprisant pour les femmes.

Intervenant : David Le Breton est professeur de sociologie à l’université de Strasbourg. Membre de l’Institut Universitaire de France. Auteur notamment de Disparaitre de soi. Une tentation contemporaine (Métailié), Une brève histoire de l’adolescence (éditions Jean-Claude Béhar), En souffrance. Adolescence et entrée dans la vie (Métailié), La peau et la trace. Sur les blessures de soi (Métailié), Conduites à risque. Des jeux de mort au jeu de vivre (PUF, Quadrige) ou de Anthropologie du corps et modernité (PUF). Il est également co-directeur avec Daniel Marcelli du Dictionnaire de l’adolescence et de la jeunesse (PUF, Quadrige).


4 - Intimité et sexualité en radiologie : implication sur la relation patient/TRM
Peu connu par les autres professions médicales, le travail du TRM reste un mystère. En effet, en venant faire un examen radiologique, on découvre une petite partie des activités en radiologie par le biais de son expérience personnelle. Régulièrement, les tâches du TRM lors d’examens radiologiques (pose de sondes endorectales, mammographies, mise en place de gel vaginal, etc..) touchent l’intimité du patient sans que ce dernier n’y soit préparé. L’intimité, la pudeur, les sentiments d’infériorité/supériorité sont remis en cause entre le TRM et le patient. Comment réagissent les patients face à de telles situations ? Et comment réagissent les TRMs face à la réaction des patients ? 

Intervenant : Tamara Fontaine est technicienne en Radiologie & référente en sénologie à la clinique de Genolier à 50 %, et adjointe scientifique dans la filière technique en radiologie à 50 % à HESAV. Son parcours est atypique en passant d’abord par un CFC d’assistante en soins et santé communautaire (ASSC), suivi par une maturité professionnelle, pour ensuite obtenir le Bachelor en technique en radiologie médicale en 2013. Certifiée ensuite en mammographie de dépistage, elle développe des compétences en sénologie, domaine qui lui confère une belle expertise et lui ouvre les portes de HESAV.

Inscriptions

Inscription obligatoire via le formulaire ci-joint (à droite)
Délai d’inscription : 15 janvier 2019

Tarif

Frais d’inscription pour la journée : CHF 100.- 

Tarif préférentiel pour étudiant.e.s hors HESAV, membres Alumni HESAV, AVS, AI, apprentis, chômeurs sur présentation d’un justificatif à l’entrée : CHF 50.-

Gratuit pour les collaborateurs.trices et étudiant.e.s immatriculé.e.s à HESAV (inscription et justificatif nécessaire).

Règlement : sur place et en espèces