Bibliothèque

Être affecté, penser, s’impliquer

​4ème journée latine du soin psychique

11 octobre 2018
Marsens


Immanquablement la relation soignante suscite des affects, qui à leur tour vont nourrir la relation, il devient dès lors illusoire de trouver la juste présence en se coupant de ce que l’on éprouve. Être affecté, c’est aussi se laisser affecter par l’appel qui m’est adressé. Cette disposition d’ouverture est la condition indispensable à la rencontre. S’impliquer c’est sentir, trembler, éprouver, mais c’est aussi agir, impossible de rester indifférent, impassible. C’est agir sans réagir, à bon escient, en connaissance de cause. C’est enfin tenir parole, être au rendez-vous. C’est une parole empreinte de mes affects, une parole honnête qui ne s’échappe pas à tort et à travers.

L’implication affective est un puissant facteur d’expression de soi vis-à-vis de l’autre et du contexte dans la perspective de la rencontre. Elle est possibilité de se dire et de se donner à voir lorsque le discours n’est plus suffisant. Nous retrouvons ici cette spécificité des soignants de devoir travailler avec ce qu’ils sont, beaucoup plus qu’avec ce qu’ils savent. Chaque soignant doit, dans son parcours professionnel, développer une connaissance de lui-même qui lui donnera la possibilité de s’accorder avec justesse à la charge affective de la personne qu’il rencontrera.

Pour les soignants, le professionnalisme ne consiste donc pas à chercher une improbable bonne distance dans la neutralisation des mouvements affectifs, mais bien plutôt à mettre à plat ces mouvements en analysant les tenants et les aboutissants des accordages affectifs mis en œuvre au sein de relations de communication authentiques.

Autrement dit, s’impliquer dans la relation soignante, c’est s’en expliquer… Et notamment, s’expliquer quant à ce que l’on a éprouvé, ce qui nous a affecté. On se le doit, ainsi qu’à celui que l’on rencontre.


Programme : en cours de finalisation. Sera mis en ligne prochainement

Participation : 100 CHF / personne. Gratuit pour les collaborateurs et étudiants HESAV. 
2018-journeeARIP-comite