HESAV

Sep 24, 2018

Les patients simulés à l'honneur

La rentrée académique est l’occasion de revoir non seulement les étudiants mais également les patients simulés/standardisés (PS) qui contribuent efficacement à leur formation.  Ces derniers ont été conviés le 21 septembre à une rencontre suivie d’un apéritif.

Interview de Corinne Gaudin, responsable du Programme de Patients Simulés à HESAV

Quel est l’objectif de cette rencontre ?

Nous essayons de les rencontrer une fois par année. C’est d’abord l’occasion de convier tous les PS qui ont participé à au moins un poste dans l'année académique écoulée, pour les remercier de leur investissement et faire un bilan avec eux. C’est aussi l’occasion de rappeler certains principes essentiels au bon fonctionnement du programme PS. De plus, cette année, ils rencontreront notre nouvelle Directrice générale.

Que veut dire patient simulé (PS) ?

Un patient simulé est une personne formée, non seulement à jouer le rôle d’un patient, avec son histoire, ses symptômes physiques, etc., mais aussi à interagir avec les étudiants et à leur donner un feedback après la simulation.

Qui peut devenir PS ?

Les PS sont de tout âge, issus de milieux sociaux et de formation variés. Leur point commun est l’envie d’aider nos étudiants à devenir les soignants qu’ils aimeraient rencontrer si un jour ils étaient de vrais patients. Un PS ne doit pas avoir de connaissances médicales : il sera formé à son rôle. Les critères majeurs sont : disponibilité, flexibilité, crédibilité de jeu, capacité à sortir du jeu et à l'introspection pour donner un feed-back constructif et bienveillant.

S’agit-il d’une fonction importante dans l’enseignement ?

Elle est essentielle ! D’ailleurs le nombre de postes avec PS ne cesse de croître et j’en engage régulièrement.

A l’heure où l’accès au patient devient de plus en plus difficile, que la durée des périodes de stage diminue, la pratique simulée permet aux étudiants de s’entraîner à agir dans des situations emblématiques qu’ils rencontreront dans leur future pratique. L’intérêt de la simulation est qu’ils peuvent s’exercer dans un cadre sécurisé dans lequel le statut de l’erreur est valorisé.

Comment sont-ils recrutés et fidélisés ?

Le défi est de disposer de suffisamment de personnes pour assurer tous les postes de simulation avec PS durant l'année, tout en offrant à chaque PS autant d’activité que possible pour le fidéliser. En effet, être PS devient presque une profession : de plus en plus d’entre eux travaillent dans plusieurs autres écoles de soins ou de médecine.

Quand je recrute des PS pour compléter notre base de données, je les sélectionne en fonction des besoins pour l'année qui vient, en tenant compte des thématiques annoncées, des disponibilités des PS en activité, des besoins en matière d’âge et de sexe, etc.

Il est très important pour nous de les fidéliser, car ils développent des compétences au fur et à mesure de leur activité, et celles-ci sont précieuses. Il faut rappeler que les activités PS, bien que très soutenues par la direction, sont coûteuses.

>> Pour en savoir plus sur les patients simulés, découvrez l’interview de l’une d’entre eux dans notre newsletter de décembre 2017.

PS2018